C’mon, it’s urgent! / Vite, ça urge!

At the agency, they told me on January 17th that I could get a first opinion from the landlord with 48 hours after receiving my papers. To press things a little bit more, I had to tell a little white lie:

À l’agence, ils m’ont dit le 17 janvier que je pourrais avoir un premier avis du proprio dans les 48h suivant réception de mon dossier. Pour accélérer un peu les choses, j’ai dû mitonner un tout tit peu :

I told people that the container was arriving on the 22nd of january, so I absolutely needed a place to get them to deliver it by then. Well, come to think of it, that’s not completely false. The container was scheduled for the 22nd of january. Of course, it would need to clear Customs, and be brought from Le Havre harbour. And the transporter needed at least a week’s notice in order to correctly schedule a delivery and book a team of movers.

J’ai dit aux gens que mon container arrivait le 22 janvier, donc j’avais absolument besoin d’un endroit pour les faire livrer d’ici là. Bon, tout bien réfléchi, c’est pas tout à fait faux. Le container devait bien arriver le 22. Bien sûr, il devrait passer les Douanes, et être amené depuis le port du Havre. Et le transporteur avait besoin d’au moins une semaine d’avance pour planifier correctement une livraison et réserver une équipe de gros bras.

Had I failed to get things delivered before january 27th, the transporter would keep my container on hold and start charging way too much per night of storage fees. I didn’t really want that. Even if my company could have paid for it. I could also get everything delivered at my parents’ place temporarily, but I would then have to move everything again to my new place when I got one. By myself. Not really the ideal solution.

Si j’avais échoué à me faire livrer mes affaires avant le 27 janvier, le transporteur garderait mon container et commencerait à me facturer bien trop cher la nuit en frais de stockage. Je voulais pas trop ça. Même si ma boîte aurait pu payer pour. Je pouvais aussi me faire livrer le tout chez mes parents temporairement, mais il me faudrait ensuite tout redéplacer dans mon nouveau chez moi une fois que j’en aurai un. Tout seul. Pas forcément la solution idéale.

So yes, I lied. I said I *absolutely* needed an answer ASAP. Every time I applied for an apartment. Even if my real deadline would have been around Feb 3rd, the date where my company would stop paying for the hotel. Oh well, landlords are making my life a paperworking hell, I can get back at them a little, can’t I?

Donc oui, j’ai menti. J’ai dit que j’avais *absolument* besoin d’une réponse au plus vite. Chaque fois que j’ai postulé pour un appartement. Même si ma vraie date limite eut été aux alentours du 3 février, date à laquelle ma boîte arrêterait de payer l’hôtel. Bah, les proprios m’en font baver avec la paperasse, je peux bien me venger un peu, non?

But hearing no news from the agency, and definitely not putting all my eggs in the same basket, I kept on searching the web for some other ads. Who knows, I might find something cheaper, and closer to work, than the best option I applied for so far…

Mais n’entendant rien de la part de l’agence, et ne mettant vraiment pas tous mes oeufs dans le même panier, j’ai continué de chercher sur le web d’autres annonces. Qui sait, je pourrais trouver quelquechose de moins cher, et plus près du boulot, que la meilleur option pour laquelle j’avais postulé jusqu’à présent…

So on january 20st, I found something that was so cheap compared to the market price that it sounded suspicious, but nevertheless I had to see it. I tried to call the phone number on the ad (fifth time’s the charm), and maybe there was a hint of urgency in my voice, but I managed to get a visit for the 22nd, around lunchtime. I felt a bit guilty about pressing the landlord, but who knows, I might help him avoid days full of people calling all day long asking for visits. Oh well. As we say in France: “Aux grands maux les grands remèdes!

Donc le 20 janvier, j’ai trouvé quelquechose de si bon marché par rapport aux prix du marché que ça avait l’air louche, mais il me fallait néanmoins en juger par moi-même. J’ai essayé d’appeler au numéro sur l’annonce (au bout de cinq tentatives,  ça passe), et peut-être qu’il y avait un brin d’urgence au son de ma voix, mais j’ai réussi à décrocher une visite le 22, pendant le temps de midi. Je me sentais un peu coupable de mettre la pression au proprio, mais qui sait, je lui éviterai peut-être des jours pleins de coups de fils de gens qui appellent pour des visites. Bah. Comme on dit par cheux nous : “Aux grands maux les grands remèdes!”

3 thoughts on “C’mon, it’s urgent! / Vite, ça urge!

  1. Ok, you’ve got me on tenterhooks….so so so so so….

    what happened?

    Little white lies to get back at landlords who are dicking you around….fair game in my book, don’t you think?

    Like

Insert nice comment here :) / Par ici les gentils commentaires :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s