prskavky - sparklers

Tis the season to be Jolly, Fa la la la la la la la la

I’m on my way to my parents’ place for Christmas II, as I try to do every year (only 1000km, could be worse). And while I was driving through Prague, I noticed yet another “Stop Imigranty” tag on a brick wall on the side of the road. After the January attacks in Paris, there already were some “Anti Immigrants/Islam” protests that happened in Prague. After the November attacks in Paris, again, the same hateful protests happen, but this time, backed by the President, no less. And I see those tags, again and again. And even though I know it’s not aimed at me directly (Vietnamese immigrants and their children are, after all, mainly seen as harmless grocery store and restaurant owners), and basically is aimed at the current refugees coming from Syria, I can’t help but feel hurt every time I see it. For all intents and purposes, I AM a migrant. Pure and simple. French law calls me an expatriate, but that’s just what the French administration calls me. In Czech Republic, I am an immigrant. I come from a foreign country, I live and work in this one. I didn’t even flee war. Although my reason for migrating are purely personal, so you could call me a romantic migrant rather than an economic one.

Je suis en transit vers la maison des parents pour Noël II, le Retour, comme j’essaie de le faire chaque année (y’a que 1000 bornes, pas pire). Et alors que je roulais dans Prague, j’ai encore vu un tag “Stop Imigranty” sur un mur de briques au bord de la route. Après les attentats de Janvier à Paris, il y avait déjà eu des manifs “anti immigrants/islam” à Prague. Après les attentats de Novembre à Paris, une fois de plus, les mêmes sont ressortis, sauf que cette fois, le président de la république s’est joint à eux, rien que ça. Et je vois ces tags, encore et encore. Et même si je sais que je ne suis pas visé directement (les immigrants Vietnamiens et leur progéniture sont ici, après tout, vu comme d’inoffensifs épiciers du coin ou restaurateurs), et que c’est sensé être adressé aux réfugiés en provenance de Syrie, je ne peux pas m’empêcher d’avoir mal au cœur chaque fois que j’en vois un. D’un point de vue purement technique, je SUIS un immigré. Purement et Simplement. La loi française m’appelle un expatrié, mais c’est juste la dénomination que me donne l’administration française. En République Tchèque, je suis un immigrant. Je viens d’un pays étranger, je vis et travaille dans celui-ci. Je n’ai même pas fui la guerre. Enfin mes raisons migratoires étant purement personelles, j’imagine que je suis un migrant romantique plutôt qu’économique.

Prskavky (Sparklers)

And even if I had stayed in France, and wouldn’t be called a migrant, I’m still a byproduct of immigration. A “Made in France” child of a Vietnamese immigrant, who was naturalized before I was even born. I’m a pure French born in France with 100% French blood, even if my immediate roots span over two continents. As a migrant, I like to learn as much as I can about the country that welcomed me with open arms (thank you Schengen). And funny thing, one of the first things I learned about Czech history is how the nation was founded, by a single man, atop a small hill called Říp (as I wrote in It all began on top of Říp). His name was “Čech“, and he was the brother of “Lech” and “Rus“. Three brothers who went on a trip to find a place where their people could settle down. Čech climbed on top of Říp and decided this land would be his. Lech went further North and founded Poland. Rus went East and claimed what is now Ukraine, Belarus and Russia. Doesn’t that mean that all Czech people would be children of migrants themselves?

Et même si j’étais resté en France, et n’étais pas appelé un migrant, je reste un produit dérivé de l’immigration. Un gamin “Made In France” d’un immigrant Vietnamien, naturalisé avant ma naissance. Je suis un Français pur souche de sang 100% français, même si mes racines immédiates s’étendent sur deux continents. En tant que migrant, j’aime apprendre autant que je peux à propos du pays qui m’acceuille à bras ouverts (merci Schengen). Et c’est marrant, un des premiers trucs que j’ai appris sur l’histoire du peuple tchèque c’est comment la nation a été fondée, par un seul homme, en haut d’une petite colline qui s’appelle Říp (comme je vous avais raconté dans Tout a commencé en haut de Říp). Son nom était “Čech“, le frère de Lech et de Rus. Trois frères partis en voyage pour trouver un endroit où installer leurs peuples. Čech est monté en haut de Říp et a décidé que ces terres seraient les siennes. Lech a continué vers le Nord et fondé la Pologne. Rus est parti à l’Est et a pris ce qui constitue aujourd’hui l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie. Ça veut pas un peu dire que les tchèques sont eux-même tous des enfants de migrants?

And then there’s the big hypocrisy of Christmas. And yes, I mean Christmas. Not Hanukkah, not Yule, not the Winter Solstice, but Christmas. Every town and village have their Nativity scene. The guy bringing the presents is not a big fat old bearded guy in Red, it’s *actually* Baby Jesus (I never understood why, personally). And regardless of whether or not people are actually Christian, observant or not, they still celebrate Christmas with all its bells and whistles and feed their kids the “Baby Jesus” story. Jesus was a migrant too! Why do you think the nativity scene is always with straw, a donkey and an ox? Because circa 0BC maternity wards were located in barns for cost optimization? That’s a freaking refugee you got there, born in a barn because his parents couldn’t find better shelter for the night.

Puis il y a la grande hypocrisie de Noël. Et oui, je dis Noël. Pas Hanukkah, pas Yule, pas le Solstice d’Hiver, mais Noël. Toutes les villes et villages se parent de crèches. Le gars qui amène les cadeaux, ici, n’est pas un gros barbu bedonnant en rouge, c’est *le p’tit Jésus* (jamais compris pourquoi, perso). Et que les gens soient chrétiens ou non, pratiquants ou non, ils continuent de fêter Noël avec tambours et trompettes et font le coup du “Petit Jésus” à leurs gamins. Jésus était aussi un migrant! Pourquoi vous croyez que la crèche c’est dans la paille, avec un âne et un bœuf? Parce qu’en 0 av. JC les maternités étaient fusionnées avec les étables pour faire de l’optimisation fiscale? C’est un mutain de réfugié que vous avez là, né dans une étable parce que ses parents ont pas trouvé mieux pour la nuit.

So I’m sick and tired of those “Stop Imigranty” shit everywhere and the torrents of hate I see. I’m already ashamed of what grounds the extreme right party is gaining in my home country, I don’t need to see it in my country of adoption either. Immigration is fundamental to the balance of society. Love thy neighbour, for f*ck’s sake. And Happy Holidays.

Donc j’en ai ras la couenne de ces “Stop Imigranty” de merde partout, et des torrents de haine que je vois. J’ai déjà assez honte du terrain que gagne l’extrême droite dans mon pays d’origine, pas besoin de voir ça dans ma terre d’accueil aussi. L’immigration c’est fondamental pour l’équilibre de la société. Alors vous allez vous aimer les uns les autres, bordel de m*rde. Et Joyeuses Fêtes.

6 thoughts on “Tis the season to be Jolly, Fa la la la la la la la la

  1. J’aime tes coups de gueule🙂 Et je suis d’accord à 100% avec toi. Je suis moi-même petite-fille d’Italiens “réfugiés” en France, fille de Français “réfugiés” en Suisse, et maintenant récente immigrante au Canada. La xénophobie et la bêtise actuelles me rendent malade.

    Like

  2. C’est un sujet difficile qui mérite qu’on se penche dessus un peu plus profondément qu’en écrivant son ras le bol sur un mur ou en mettant un bulletin FN dans l’urne. Ce racisme apparent et cette xénophobie sont un coup de boomerang à la mondialisation et à la perte d’identité générée par l’uniformisation des sociétés. Les pays ne protègent plus leurs citoyens, le clan n’existe plus, les familles sont dispersées, chacun vit sa vie dans son coin et même la France (et elle n’est pas la seule) est fondue dans l’entité artificielle appelée UE qui décide et gère à la place des élus. Le vote dit d’extrême droite n’en est pas un. C’est un vote ras le bol, parce que les urnes sont devenu le seul moyen d’expression du peuple, que les députés ne représentent plus, que le président ne représente plus et qui perd ses principaux repères. La question à se poser, c’est qui veut ça ? Et se tourner vers les média qui présentent le Front National comme la seule alternative aux guignols qui ont si bien défait la France pendant les dernières décennies et continuent à le faire impunément grâce à ce que tout le monde appelle “le vote républicain” et qui n’est que reculer pour mieux sauter. D’autres alternatives sont possibles, mais elles sont dangereuses pour le pouvoir, alors on les tait. Joyeuses fêtes du nouvel an!

    Like

Insert nice comment here :) / Par ici les gentils commentaires :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s