The strike seen from afar / La grève vue de loin

The strikes in France started pretty much at the same time that I flew to Toronto for work. And I was very surprised to see that every day, there was at least one column in the newspapers about the strike and protests in France. There even were some days where a double page would be published about the issue. Most of the time, the newspaper I was picking up at the hotel didn’t take any side, just relaying the information, assessing the situation, stating the reason of the protests. Once, though, another paper was made available, and there, the “French strike” article had a very different tone. Pretty much comparing the protesters to a batch of kids throwing a tantrum and refusing to face reality.

Les grèves en France ont commencé environ en même temps que mon vol à Toronto. Et j’étais très surpris de voir que tous les jours, il y a au moins une colonne dans les journaux à propos de la grève et des manifestations en France. Il y avait même des jours où une double-page était dédiée au problème. La plupart du temps, le journal que je récupérais à l’hôtel restait objectif, se contentant de relayer l’information, donnant un aperçu de la situation, expliquant les raisons des manifestations. Une fois, par contre, un autre journal était disponible, et là, l’article sur les “grèves Françaises” avait un ton très différent. Comparant grosso modo les manifestants à une bande de gamins qui font un caprice et refusent de voir la réalité en face.

Although a bit harsh, it actually reflected pretty well the impression that people around me were having. Puzzled looks, asking “what’s the deal with the protests in France?”. The main reason being that people here think that the protests are only about the retirement age going from 60 to 62 years old, and they don’t understand, because in Canada there is no mandatory retirement age (this may vary depending on the job position and province, but generally speaking, labour laws in Canada do not prevent you from working yourself to death), although normal retirement age is 65.

Quoiqu’un peu dur, ça reflétait pas trop mal l’idée que se font les gens autour de moi. Des regards intrigués, demandant “c’est quoi ces histoires de manifestations en France?”. La raison principale en étant que les gens ici pensent que les manifs ne sont qu’à propos de l’âge de la retraite qui passe de 60 à 62 ans, et ils ne comprennent pas, parce qu’au Canada, il n’y a pas d’âge obligatoire de départ en retraite (ça peut dépendre en fonction du type d’emploi et de la province, mais d’une manière générale, le code du travail au Canada ne vous empêche pas de mourir à la tâche), même si l’âge de la retraite à taux plein est de 65 ans.

The thing is, when you read “from 60 to 62”, we’re talking about the minimum retirement age here. The time when you are allowed to retire, but at this point, you do not get the full amount of the pension you could claim. “Normal” retirement age in France already is 65 (and the law will make it 67 if you want to be able to claim the full amount of your pension). When you look at the unemployment figures for people 55 years old and above in France, what this means is rather something along the lines of “50% of the population 55 years old and above will have to remain unemployed two more years before being able to retire”.

Le truc, c’est que quand vous lisez “de 60 à 62 ans”, on parle de l’âge minimum de la retraite. L’âge auquel on a le droit de partir à la retraite, mais à ce moment là, on ne touche pas l’intégralité de la retraite. L’âge “Normal” en France est déjà de 65 ans (et passera à 67 avec la loi si voulez toucher une retraite à taux plein). Quand on regarde les chiffres du chomâge des plus de 55 ans, ça a l’air de se traduire dans le genre de “50% des 55 ans et plus resteront au chômage deux ans de plus avant de pouvoir partir à la retraite”.

Personally, I think this is neither the right time nor the right approach that has been taken by the government. Why force people to work longer when there are already so many people who don’t even have a job? I vote: “Solve the unemployment issue first, that’ll be more cash for the pensions, and only then you can check your little accounting books and see whether or not we still have a problem, and how much money is missing.” Also, giving away a little extra to those who wish to work after their 65 years old would probably help. I mean, my job is not as strenuous as it would be on an assembly line. So if my hands, eyesight and brains are still functional by the time I reach 65, I probably would have no problem working a little longer, maybe not full time, but still. But that’s just my own opinion, and everybody should have the choice.

Personnellement, je pense que ce n’est ni le bon moment ni la bonne approche. Pourquoi forcer les gens à travailler plus longtemps quand il y a autant de chômage? Je vote: “Résolvez d’abord le problème du chômage, ça fera plus de sous pour les retraites, et une fois que vous aurez réussi vous pourrez regarder votre petit livre de compte, et combien de thunes il manque.” Aussi, donner un petit plus à ceux qui veulent travailler après leurs 65 ans ça pourrait aider. J’veux dire, mon boulot n’est pas aussi fatigant qu’un travail à la chaîne. Donc si mes mains, ma vue et mes neurones sont encore en état quand j’aurai 65 ans, ça ne me posera probablement pas de problème de bosser un peu plus longtemps, peut-être pas à plein temps, mais quand-même. Mais ce n’est que mon avis, et chacun devrait avoir le choix.

7 thoughts on “The strike seen from afar / La grève vue de loin

  1. Le problème, c’est que si on donne le choix à tout le monde, il y a des gens qui vont profiter du système (genre ma mère, qui bosse le minimum requis pour avoir droit au chômage, et profite au maximum du chômage avant de rebosser un minimum… Je trouve ça ignoble).

    Like

    • Il y a toujours des gens qui profitent et contournent le système. C’est un problème, mais supprimer l’aide dont tant de gens ont besoin parce que certains en abusent, à mon avis, c’est pas une option. Je ne sais pas comment ça se passe en Hélvétie, mais en France, quand on touche le chômage, on ne touche pas l’intégralité du salaire perçu quand on travaillait. Et on n’y a pas droit en cas de démission, uniquement en cas de licenciement. Et après, comment sa retraite va t-elle être calculée?

      Like

  2. C’est vrai que 2 ans, ça peut paraitre beaucoup quand tu fais un travail super pénible, comme un métier dans le bâtiment ou en extérieur… Pour ces gens là, je trouve ça injuste. A côté de ça, t’a les cheminots qui se plaignent encore et toujours de travailler trop. Ceux là, ils me gonflent à un point inimaginable.

    Si j’arrive à avoir un métier convenable, je préfèrerai travailler le plus longtemps possible afin de toucher un salaire complet, parce que faut pas se leurrer, certaines personnes ne peuvent pas vivre avec leur petite retraite.

    Tout ça pour dire que je ne manifeste pas parce que je suis consciente qu’il faut des changements pour qu’on puisse toucher des revenus décents une fois à la retraite… Quant à la méthode employée, je suis pas assez renseignée pour dire laquelle est la meilleure🙂

    Like

    • Y’a plusieurs catégories de cheminots, hein. Qu’un conducteur de TGV soit mis à la retraite à 50 ans, ça ne me dérange pas trop. Quand on conduit un engin lancé à 350km/h, je préfère un conducteur pas trop vieux, alerte, avec une bonne vue et de bons réflexes😀. Qu’un contrôleur SNCF fasse la même chose, déjà, je vois moins l’interêt.
      Je n’ai pas manifesté non plus, mais je soutiens l’action. Je suis d’accord pour dire qu’il faut des changements, mais je pense que ce qu’on nous balance dans la tête n’est pas la bonne solution, et c’est déplorable que le gouvernement n’écoute pas les revendications de ceux qui les ont élus…

      Like

  3. Je découvre ton blog grâce à Dr Caso et son petit jeu de photos. Je reviendrais plus longuement, là il est un peu tard.
    En ce qui concerne la retraite, j’ai demandé à mes gosses ce qu’ils penseraient si c’était des profs comme leurs grands-parents qui leur feraient la classe. Non que le métier soit d’une pénibilité extrême (encore que) mais après un certain âge, le décalage devient trop grand entre les mômes et les profs. Un truc inquiétant dont on entend peu parler, c’est le chômage des seniors, à ma connaissance passés 40/45 balais, t’as trop d’expérience, t’es trop cher on préfère embaucher les jeunes, à 50/55 ans, t’es foutu, t’es trop vieux et après… on pointe au chômage en attendant la retraite pendant 10 bonnes années. Super !!

    Like

    • Ah ben bienvenue par ici, alors🙂. Je me souviens, tout au long de mon cursus, d’avoir eu des enseignants au bord de la retraite. Ça ne m’avait jamais dérangé, ils étaient toujours en pleine possession de leurs moyens, savaient être intéressants, etc… Bien sûr, pour les heures de sport, ils n’allaient pas jouer avec nous à la Balle aux Prisonniers🙂.

      Like

Insert nice comment here :) / Par ici les gentils commentaires :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s