A contemporary fairy tale? / Un conte de fées des temps modernes?

As I promised yesterday, here is the text I wrote for today’s Café-Blogs. The French version was read. And it is based on a true story, people who’ve known me for more than 2 years are likely to have heard about it already😉

Comme promis hier, voici le texte que j’ai écrit pour le Café-Blogs du jour. La version française a été lue. Et c’est basé sur une histoire vraie, les gens qui me connaissent depuis plus de 2 ans en ont vraisemblablement déjà entendu parler😉

A contemporary fairy tale? / Un conte de fées des temps modernes?

Last night, once again, I barely slept. My mind, full of the whining of my broken heart, and the stiffness of my couch kept me away from the few hours of sleep I was hoping for.

Cette nuit encore, je n’ai quasiment pas dormi. Ma tête encombrée par les jérémiades de mon coeur brisé, et l’inconfort de mon canapé ont eu raison des quelques heures de sommeil que j’espérais avoir.

I look at my cell phone. 5:49 AM. It’s too late to still try to get some sleep. I prepare myself, stuffing in my mouth a light breakfast, despite the lack of appetite that already made me loose 3kgs in just a week.

Je regarde mon téléphone. 5h49. Il est trop tard pour essayer encore de dormir. Je me prépare, force dans ma bouche un petit déjeuner sommaire, malgré le manque d’appétit qui m’a déjà fait perdre 3 kilos en une semaine.

Early, for once, I catch the RER before my usual one. Quieter. “Christian, 54” isn’t coming in the car today, selling his magazines and games for “some change or a ticket-restaurant, to stay clean”. He’s probably on another line today.

En avance par rapport à d’habitude, j’attrape le RER d’avant. Plus calme. “Christian, 54 ans” ne passe pas dans le wagon aujourd’hui, vendre ses magazines et jeux contre “une p’tite pièce ou un ticket restaurant, pour rester propre”. Il est sûrement sur une autre ligne à cette heure.

Les Halles Station, the parisian RER and subway have their own pulse. Halfway between the tick of a clock, and heartbeats. And I’m just a blood cell, drowned amongst so many others, flowing through the corridors at every wagon’s heartbeat. Unconsciously, I pull out my pass, stretch my arm the exact length I need so that the door opens at the transfer, right when my head is about to touch the door. I don’t have a conscience anymore. I’m just one of the “Grey blood cells” making the parisian network. Plain, precise as a clock, my mind as foggy as the Autumn fog that awaits me outside of the subway.

Station des Halles, le RER et le métro parisiens ont une pulsation propre. À mi-chemin entre le tic-tac d’une horloge, et les battements d’un coeur. Et moi je ne suis qu’un globule, noyé parmi tant d’autres, circulant dans les couloirs à chaque battement des rames. Inconsciemment, je sors mon passe, tends mon bras juste ce qu’il faut pour que la porte s’ouvre à la correspondance, pile au moment où ma tête la frôle. Je n’ai plus de conscience. Je ne suis plus qu’un de ces “globules gris” qui composent le réseau parisien. Morne, réglé comme du papier à musique, l’esprit brumeux comme le brouillard automnal qui m’attendra à la sortie du métro.

I go on, and change lines again at Saint-Lazare. We’re nearing peak hours, the pulse is gathering speed. Corridors are are bustling with sad and plain faces. All in all, a typical morning. Until all of a sudden, in the stairs leading to the line 14, a long red mane passes me. In a hurry. By the time I register, I notice she dropped behind her… a shoe.

Je continue ma route, et rechange de ligne à Saint-Lazare. On approche de l’heure de pointe, les battements s’accélèrent. Les couloirs fourmillent de mines tristes et mornes. Une matinée ordinaire, en somme. Quand soudain, dans l’escalier menant à la ligne 13, une longue crinière rousse et ondulée me dépasse. Pressée. Le temps que je réalise, je remarque qu’elle vient de laisser derrière elle… une chaussure.

Not even thinking, I pick it up, she turns back, I give it back and say, with my first smile of the day: “The shoe, it sounds a bit like Cinderella, don’t you think?”

Sans réfléchir, je la ramasse, elle se retourne, je lui tends et dis, avec mon premier sourire de la journée : “La chaussure, ça fait un peu Cendrillon, vous trouvez pas?”

She smiles back at me, peering at me with her big green eyes full of innuendo: “Yes, it’s a rather good sign, isn’t it?”

Elle me renvoie mon sourire, me scrutant de ses grands yeux verts pleins de sous-entendus: “Oui, c’est plutôt bon signe, non?”

Time stops. The world fades in the background. I can’t believe that I just went up on a girl with such a cheesy line. And the fact that it’s working is even less believable. “Can I drop you off somewhere? I’m somewhat busy, for a knight in shining armor, so I’m giving a ride to lots of people, in my green and white RATP carriage, but I always have some room for a beautiful princess in distress”. She starts laughing, one of these genuine laughs meaning “I’d love to”. I cheated, I knew that from these stairs she would necessarily go to the same line as I did… Though I only take this subway for two stops. Nevermind, it’s enough to scribble a phone number on a piece of paper, exchange some messages, and agree to have some coffee after work. Life goes on, and I wasn’t expecting that at all, especially nowadays.

Le temps s’arrête. Le monde passe en arrière plan. Je n’arrive pas à croire que je viens d’aborder une fille avec une phrase aussi ridicule. Et j’arrive encore moins à croire que ça marche. “J’peux vous déposer quelque part? Je suis assez occupé, comme prince charmant, donc j’emmène pas mal de monde, dans mon carrosse vert et blanc RATP, mais j’ai toujours de la place pour une jolie princesse en détresse”. Elle se met à rire, d’un rire naturel qui veut dire “avec plaisir”. J’ai triché, je savais que depuis cet escalier, elle prenait forcément la même ligne que moi… Seulement je ne prends le métro que pour deux stations. Qu’à cela ne tienne, c’est assez pour griffonner un numéro de téléphone sur un bout de papier, échanger quelques messages, décider d’aller prendre un café après le boulot. La vie reprends son cours, et je ne m’y attendais pas le moins du monde, surtout en ce moment.

“The shoe, it sounds a bit like Cinderella, don’t you think?”

“La chaussure, ça fait un peu Cendrillon, vous trouvez pas?”

She smiles back at me, peering at me with her big green eyes full of innuendo: “Yes, it’s a rather good sign, isn’t it?”

Elle me renvoie mon sourire, me scrutant de ses grands yeux verts pleins de sous-entendus: “Oui, c’est plutôt bon signe, non?”

Time stops. A face appears in my mind. Her face. The face of the one who after three years living together makes me sleep on the couch, leaves me sleepless, and still leaves in my apartment after breaking up with me. Today’s date appears in my mind, and my approaching departure to Canada. From there, the only thing that came out of my mouth is “Yup. Have a good day” and I walked away. Though I knew that from these stairs she was necessarily taking the same line as me. There are days when I really feel I am the dumbest of all. And there are days every day.

Le temps s’arrête. Un visage apparaît dans ma tête. Son visage. Celui de celle qui après trois ans de vie commune me fait dormir sur le canapé, me donne des insomnies, et vis encore chez moi après m’avoir quitté. La date m’apparaît en tête, et mon départ imminent pour le Canada. À partir de là, tout ce qui est sorti de ma bouche, c’est “Ouais. Bonne journée” et j’ai continué mon chemin. Alors que je savais que depuis cet escalier, elle prenait forcément la même ligne que moi. Y a des jours où j’ai vraiment l’impression d’être le dernier des abrutis. Et y a des jours tous les jours.


I hope you enjoyed it. I think some of my friends are still laughing about this story, and whenever I think about it, it still makes me smile, too.🙂

J’espère que vous avez bien aimé. Je pense que certains de mes amis rigolent encore à propos de cette histoire, et chaque fois que j’y repense, ça me fait toujours sourire, aussi.🙂

18 thoughts on “A contemporary fairy tale? / Un conte de fées des temps modernes?

  1. Quel texte mais quel interprétation mon cher!!! Ce fut un pur delice!

    J’ai vraiment aimé te rencontrer hier au Café-blogs. Tu es un gars avec un excellent sens de l’humour et c’était vraiment agreable de parler avec toi. Oh j’oubliais! Merci encore pour ta face de clown et tes expressions francaises!!!

    Like

  2. J’ai adoré ce texte!

    Je suis contente de t’avoir rencontré petit coquin, et merci de tout ces fous rires!

    Maudit Français va….. hahahahaha!!

    xoxox

    Like

  3. Karla, merci🙂. Je me suis bien amusé, moi aussi :p.

    Et content d’avoir pu enfin te rencontré, après tout ce temps à te lire sans jamais pouvoir assister à tes sorties organisées😉. Et de rien pour la face de clown et les expressions françaises, c’est fourni avec le reste😀

    Like

  4. Mon P’tit Moi, merci, cette anecdote m’a toujours fait marrer, après-coup, et pour moi elle signifie qu’il faut toujours prendre la vie du bon côté😉.

    Bien content de t’avoir rencontré aussi, j’ai passé un très bon moment😉

    Like

  5. Le café-blogs, content d’être venu aussi, je vais tâcher de revenir😉

    et de rien pour mon texte et la lecture du tien😉 (Même si maintenant j’ai une étiquette de détraqué sexuel qui va me coller au train pour un bon moment maintenant :p)

    Like

  6. J’ai beaucoup aimé ton texte et surtout les belles lectures que tu as fait de nos textes, merci

    j’aurais bien aimé rester avec vous pour le souper après, mais ce sera pour une prochaine fois🙂

    Like

  7. il restera l’anecdote de la fille qui te pique ta place dans le rer et qui un an et demi après vient passer 1 mois de vacances chez toi a toronto. Cette fille la ne compte plus les sudoku qu’elle a fait avec toi, et elle trouve que de les faire toutes seules a la fac ou meme avec un autre que toi c’est bien moins drole.
    (on evitera le passage ou la fille en question se casse la figure dans les escaliers…)

    Like

  8. Tres interessant l’histoire de la fille au Sudoku…Par contre, pour t’avoir rencontré , ca doit effectivement etre bien drole d’en faire en ta compagnie!!!

    Moi aussi, ca faisait longtemps que je voulais voir ta binette (voir ta tronche quoi!)Je crois que tu es un des rares qui me suit depuis le debut. Fait les bonjour a Miss Padawan de ma part!.🙂 Tomber dans ma barriere…lol!

    Like

  9. Céline, ouais, ben sur toi, y aurait long à raconter😀. Et les sudokus, ça fait longtemps que j’en n’ai pas fait😉

    Like

Insert nice comment here :) / Par ici les gentils commentaires :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s