Kokořín a Kokořínsko

Going on with our visit of the Bohemian countryside… Not too far from Prague, there is a small area, called the Kokořínsko, “Region of Kokořín“. In French it sounds a bit funny, and reminds a little of the rooster’s cry, “cocorico” (which happens to be kykyriký in Czech, by the way. I don’t know how English people came up with cock-a-doodle-doo, but they must have been on drugs if you ask me).

On continue avec notre visite de l’arrière-pays bohêmien… Pas trop loin de Prague, il y a une petite région, dénommée Kokořínsko, “Région de Kokořín“. En français, ça sonne marrant, et rappelle un peu le cri du coq, “cocorico” (qui se dit kykyriký en tchèque, d’ailleurs. Je sais pas comment les anglais nous ont pondu cock-a-doodle-doo, mais ils devaient être défoncés si vous voulez mon avis).

HarasovHarasov

Anyways, this area is known for two things: Its castle, called… Kokořín (how did you know?), and peculiar rock formations of sandstone that have been shaped by erosion.

Enfin bon, la région est connue pour deux choses. Son château, qui s’appelle… Kokořín (comment vous avez deviné?), et des formations rocheuses particulières, en grès, créées par l’érosion.

Hrad Kokořín, the castle, has been hidden in the middle of the woods since the 14th century, and has changed hands many times throughout history. However, after the Thirty Years’ War, Ferdinand III put the castle in the list of castles that wouldn’t be maintained, and it soon fell into ruins. It is only in 1895, after the Club of Czech Tourists raised awareness about the castle ruins, that a aristocrat named Václav Špaček bought the manor and the ruins. From 1911 to 1918 the reconstruction took place, and were finished by Špaček’s son, Jan, which include some style changes, reviving the Gothic castle into a Late Romantic one.

Hrad Kokořín, le château, est caché au fond des bois depuis le 14è siècle, et a changé de mains de nombreuses fois au cours de l’histoire. Cependant, après la Guerre de Trente Ans, Ferdinand III mis le château dans la liste des châteaux non entretenus, et il tomba bien vite en ruines. Ce n’est qu’en 1895, après que le Club des Touristes Tchèques a soulevé le problème des ruines du château, qu’un aristocrate nommé Václav Špaček a acheté le manoir et les ruines. De 1911 à 1918 la reconstruction a eu lieu, et fut finie par le fils de Špaček, Jan, qui inclut des changements de style, ressuscitant le château Gothique en un château Romantique Tardif.

Kokořin

Nationalized in 1950, during the communist period, it finally came back to the hands of the heirs to the Špaček family in 2006, who decided to keep it open to the public. Unfortunately, I couldn’t visit it, since March was not the high season, so it was not open everyday… Knocking on the door would have been pretty useless, wouldn’t it?

Nationalisé en 1950, durant l’époque communiste, il est finalement retourné aux mains des héritiers Špaček en 2006, qui ont décidé de le laisser ouvert au public. Malheureusement, je n’ai pas pu le visiter, vu que Mars n’est pas la saison haute, donc il n’était pas ouvert tous les jours… Frapper à la porte n’aurait pas servi à grand chose, pas vrai?

Family emblem, Kokořin

So instead, I went on directly to visit Kokořín‘s famous pokličky (pot lids), carved in sandstone by erosion. That’s what happens when the top part is denser than the bottom parts. I won’t give you a geology class, I’ll rather show you a picture🙂

Donc à la place, je suis allé visiter les célèbres pokličky (couvercles de marmite) de Kokořín, creusés dans le grès par l’érosion. Voilà ce qui arrive quand la partie du dessus est plus dense que la partie du dessous. Je vous épargne les cours de géologie, j’vais plutôt vous montrer une photo🙂

Mšenské pokličky, Kokořinský Důl

Those are the Mšenské pokličky, “the lids next to the village Mšen”. Going up there is a good climb, but not that difficult… and be it on the way up or on the way down, I couldn’t help but stop and watch on the side of the path delicate flowers emerging, making me think about the sad and slushy weather I left behind me in Toronto, back in March…

Ce sont les Mšenské pokličky, “les couvercles près du village de Mšen”. Pour y aller ça monte bien, mais c’est pas si difficile… et que ce soit en montant ou en descendant, je n’ai pu m’empêcher de m’arrêter et de regarder sur le bord du chemin de délicates fleurs éclosant, me faisant penser au temps triste et plein de “sloche” que j’avais laissé derrière moi à Toronto, en mars dernier…

Signs of SpringSigns of Spring

4 thoughts on “Kokořín a Kokořínsko

  1. La photo du château est absolument magnifique – j’adore son charme … rustique😉

    Tu ne devrais pas te plaindre de la sloche torontoise, nous en mars, il neigeait!

    Like

  2. C’est superbe. J’aime les vieux chateau, celui ci est plein de charme. Mais dommage qu’il n’et pas été ouvert, j’aurais bien voulu voir l’intérieur.
    Quand à ces couvercles marmites, ça m’intrigue… Comment la nature fait pour prendre cette forme-là?
    Bisouilles!

    Like

Insert nice comment here :) / Par ici les gentils commentaires :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s