Proud to be Czechs / Fiers d’être tchèques

The Czech Nation is very old. But it has not always been a country of its own. During centuries it has been under the rule of the Habsburg, part of the Holy Roman Empire. So while having to speak German, to live German, the Czechs still had their language, their culture. Their identity.

La nation tchèque est très ancienne. Mais ce n’a pas toujours été un pays indépendant. Pendant des siècles, il fut sous l’égide des Habsburg, partie intégrante du Saint Empire Romain Germanique. Alors tandis qu’ils devaient parler allemand, vivre allemand, les tchèques avaient toujours leur langue, leur culture. Leur identité.

One should never forget one’s own roots, and origins. I live in Toronto, Canada, a multi-cultural city priding itself for its diversity. I am not necessarily proud to be french, when I see how some of my fellow frenchies can behave, or how my country is ruled. But I am proud of who I am, and of how I came to become the one I see in the mirror every day. Part of me is my language. It is one of the reasons why I write my blog both in english and french. English is where I am. French is where I come from.

On ne devrait jamais oublier ses racines, ses origines. Je vis à Toronto, Canada, une ville pluriculturelle se targuant de sa diversité. Je ne suis pas nécessairement fier d’être français, quand je vois comment certains de mes compatriotes peuvent se comporter, ou comment mon pays est gouverné. Mais je suis fier de ce que je suis, et de comment j’en suis parvenu à être celui que je vois tous les matins dans le miroir. Mon langage est une partie de moi. C’est une des raisons pour lesquelles j’écris à la fois en anglais et en français. L’anglais c’est là où je suis. Le français c’est là d’où je viens.

Czech people, having to speak German, obviously didn’t have bilingual blogs to maintain their Czech roots. So in 1844, feeling more than ever the need to maintain their culture, they decided to build a theatre. Well, they decided to ask the permission to build it, to be more precise. Eventually they got “the privilege of constructing, furnishing, maintaining and managing an independent Czech theatre”. This is how on May 16, 1868, the first stone of the Národní divadlo, the National theatre, was layed, on the riverbank of the Vltava.

Les tchèques, devant parler allemand, n’avaient évidemment pas de blogs bilingues pour maintenir leurs racines tchèques. Donc en 1844, ressentant plus que jamais le besoin de maintenir leur culture, ils décidèrent de construire un théatre. Enfin, ils décidèrent de demander la permission de le construire, pour être honnête. Ils obtinrent finalement “le privilège de la construction, l’ameublement, le maintien et la direction d’un théâtre tchèque indépendant”. C’est ainsi que le 16 mai 1868, la première pierre du Národní divadlo, le Théatre national, fut posée, au bord de la Vltava.

To fund the construction of the building, many people gave some money, sold some jewellery and family heirlooms, just so that a building can be erected, for the sake of their culture, and for the next generations. On June 11, 1881, the theatre was finished, and the grand opening finally happened. If only a fire two months later didn’t destroy the copper dome, auditorium and stage!

Pour financer la construction de l’édifice, de nombreuses personnes ont donné de l’argent, vendu des bijoux et autres trésors de famille, rien que pour pouvoir construire un bâtiment, pour le bien de leur culture, et pour les générations à venir. Le 11 juin 1881, le théatre était fini, et ouvrait enfin ses portes au public. Si seulement un incendie deux mois plus tard n’avait pas détruit le dôme en cuivre, l’auditorium ainsi que la scène!

It took two years to rebuild and restore the theatre. Two years, until music can be heard again within its walls. But on November 18, 1883, finally, the work was done, and one could hear music again in the theatre. And what best could we play, than a piece of Czech Music? For the opening in 1881, Bedřich Smetana had written Libuše, a festive opera. For the re-opening in 1883, Libuše was heard again, naturally. After all, according to legend, Libuše is the princess who founded Prague…

Ça a pris deux ans, pour reconstruire et réparer le théatre. Deux ans, avant que la musique puisse de nouveau résonner en ses murs. Mais le 18 novembre 1883, finalement, le travail était achevé, et on pouvait de nouveau entendre de la musique dans le théatre. Et quoi de mieux pouvait-on jouer qu’un morceau de musique tchèque? Pour l’inauguration en 1881, Bedřich Smetana avait composé Libuše, un opéra festif. Pour la ré-ouverture en 1883, Libuše fut de nouveau jouée, naturellement. Après tout, d’après la légende, Libuše est la princesse ayant fondé Prague…

Národni divadlo

And you? Do you feel strongly about your roots and origins? How far would you go in order to preserve them?

Et vous? Accordez-vous une grande importance à vos racines et origines? Jusqu’où iriez-vous pour pouvoir les préserver?

11 thoughts on “Proud to be Czechs / Fiers d’être tchèques

  1. I don’t know. They haven’t been tested seriously. By the same token, we come back every summer, which certainly costs a few bucks and a lot of hassle….so I guess that says something.

    Like

  2. Je suis aussi tchèque, français et peut-être un jour suisse. Mes parents et moi-même (les six premiers mois de ma vie avons vécu en face du théâtre national à une époque où les simples gens pouvaient le faire.
    Maintenant avec une telle vue sur la Vltava, le théâtre national et le château, ce serait hors de prix.
    Cet été, nous y sommes retourné, c’était au troisième étage au dessus du café Slavia, autre lieu prestigieux s’il en est. Le gardien, parce qu’il y en a un nous a laissé monté; les pièces sont maintenant des salles de cours pour les étudiants en cinématographie, la cave un petit bistro pour les étudiants.
    Que de souvenirs pour mes parents.

    Like

  3. Dingue, je viens de lire ton billet sur la colline Říp et j’ai vu que tu connais Melnik.
    Ma famille est de Bast, sur la route depuis Prague. On voit la colline au loin. Un jour j’ai demandé à mon cousin quel était la colline qu’on voyait au loin. Il m’a répondu que c’était la colline où tout a commencé pour le peuple tchèque.
    J’ai voulu la visiter mais la pluie nous en a dissuadé. Ce n’est que partie remise.

    Like

  4. Vilay, vítáme vás! Content d’avoir pu t’évoquer des souvenirs, heureux, j’espère. Pendant mes voyages en République Tchèque, je logeais dans un petit village à côté de Mělnik, c’est sûrement pour ça😉. Il n’y a pas grand chose à voir, à Říp, ce que j’ai surtout aimé, c’était d’y aller en en connaissant l’histoire et la légende… Je l’ai grimpée en hiver, pas non plus une mince affaire :p

    Like

  5. Bonjour, c’est la première fois que je viens chez toi, je crois, et je suis bien contente🙂 Oui, c’est beaucoup mieux que la rédaction du mois! (Oups je devrais pas dire ça :-S)Bon c’est pas grave. Je crois qu’à moi aussi ça va m’inspirer un p’tit post😉 Je suis bien contente d’être venue…

    Like

  6. Chanceux, toi tu as un lieux pour faire vivre ta mémoire. Moi je viens de la forêt et la forêt est coupée. Après je suis allé en Arctique, mais le sol fond là où j’étais.

    Like

  7. Moukmouk, si le lieu n’existe plus, la mémoire en disparaît-elle forcément? Pourquoi ne pas chercher à maintenir la mémoire du lieu perdu, quitte à le faire dans un autre endroit?

    Like

Insert nice comment here :) / Par ici les gentils commentaires :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s