Happy Anniversary? / Joyeux Anniversaire?

Since the dawn of mankind, people either measure time according to the moon, or according to the sun. I grew up in a country where the latter was used, through the Gregorian Calendar. For that very reason, anniversaries come up once every 365 days approximately. Today is one of these days. If you look around, I’m sure you can find plenty of events that happened on a January 29th. I know of at least 4 people born on that day (and I’m sure there are more). For me, there’s another meaning to that day, now. January 29th, 2007, I set foot on Canadian soil, and got my work permit issued in Montréal by a cute Stéphane Rousseau look-alike, thus starting my adventures in Mooseland for 2 years (or more).So, it’s been a year now since I arrived. I’m halfway through. It’s probably a good time to look back, don’t you think? Lots of people, especially Torontonians, ask me why I was so stupid as to leave the gorgeous Paris for such a plain city as Toronto. There are several reasons for this.

Let’s talk about work. It’s still my first job, and I enjoyed very much what I was doing. For a junior developer, I was given challenging tasks, more and more technical responsibilities… My assignments easily went beyond the scope of what you ask a junior developer. I was happy that I was given the chance to prove what I’m worth. But even though some people recognized my work and dedication, my official situation hadn’t changed over more than a year. I left France with the title of junior software developer. I won’t go over all the reasons for that, neither will I do any finger pointing (that’s… pointless :p), but the result is that the frustration was building up, and I needed fresh air. Being bought by a giant company, with an entity in Toronto with a team that would have to work hand in hand with us looked like change indeed. A new work environment, a significant work experience in the English speaking part of North America, is also quite a boost on the resume of any French software engineer.

On a more personal note, nothing was holding me back in Paris. I needed some fresh air in my personal life as well. It had been the first time in seven years that I had been single for more than a month. I saw Canada as an opportunity to move on, give myself a fresh start, discover a new culture and see what happens…

My task when I arrived, was to help the team in Toronto get up to speed with the technologies used in Paris, and ease the communication process between Paris and Toronto. So I was developing, training people, and redirecting my new colleagues to the right people in Paris when they had questions or issues that I couldn’t answer (I don’t have unlimited knowledge, never will, and never claimed to have it :p…), since I knew the people in Paris😉. At some point, two people from the US joined the team, and they mostly wrote design documents for two of our applications. When one of them got in sick leave (I hope he’s doing better, by the way…), my manager decided to give me ownership over his documents, since I was familiar with the product in the first place. It meant more responsibilities, mainly because now, I would have to answer a broader range of questions😉.

And at the beginning of january, the annoucement came as a shock: my manager would be leaving the company. He was the counterpart of my former manager from Paris. Upper management decided not to replace him directly, and to merge the North America and Paris teams together, under the ruling of my former manager from Paris. Of course, when I asked if I had any concerns about this situation, I stated the obvious: “A manager in Paris will not be able to manage efficiently a team of 12 with a 6 hours time difference. How will he know who his developers are, how they are doing?”. Since it was obvious, they already had thought about it😉. And what had been decided was that my leaving manager’s responsibilities would be split in 3: the boss is my former manager from Paris, a senior colleague from Toronto will have the local team management role as well as the technical lead over one of our products, and I would be technical lead over the torontonian part of the product I mentioned above when a colleague got sick. So my manager in Paris would be relying on the my colleague and me in order to help him run things smoothly. I’m ok with that. To be honest, had I been offered more than technical leadership, I probably would have refused. I feel comfortable on a technical point of view, but I think it’s too early for more. I’m only 25 after all, and far from being perfect.

I’d say that workwise, Canada has done me a lot of good. I believe that in a company, you shouldn’t have to ask for recognition, but for hardworking and dedicated people, the company should see it and offer them opportunities to progress. A company where you have to ask for a promotion or for a raise is, in my opinion, not worth working in. And I’m glad that so far, it seems to be working🙂.

In terms of social life, though, it doesn’t feel like paradise, though. During the first few months, I spent way too much time working. Because I came here for a particular project, with an insanely underestimated workload, but I wanted it to happen, otherwise I would have taken it as a personal failure. I tried to force myself into having some kind of social life, mainly by going to gatherings of french people in Canada with a Work-Holiday Visa. It was an easy way to meet people, but it’s hard to find friends among them, and they all speak french. I wanted Canadian contacts. I met people through my blog, as well, like Nat and Dr. CaSo, but it took me a couple of months before really meeting “locals”. I also turned from desperately single to happily single in a couple of months as well… And I was doing fine until I met E.. I don’t remember the weather we had in August in here, but in my memories, it’s bright sunshine. Autumn came at the beginning of september, when she had to fly back to Czech Republic. As Lamartine said: “Sometimes, only one person is missing, and the whole world seems depopulated.”. I’m seriously considering my next move to be to Prague. And I now wish I didn’t sign here for two full years. We’ll see what happens. But I finally built strong and important memories in here, so I’ll consider it some kind of achievement on the personal plan as well.

When my brains aren’t completely exhausted from work, I spend a lot of time thinking about what to do next. As of now, I don’t know. I will probably see where the events lead me, and decide from there. It’s been a pretty eventful year. More is to come, I suppose🙂


Depuis l’aube de l’humanité, les gens mesurent le temps qui passe d’après la lune, ou d’après le soleil. J’ai grandi dans un pays utilisant ce dernier, avec le Calendrier Grégorien. Pour cette bonne raison, les anniversaires se produisent une fois tous les 365 jours environ. Aujourd’hui est un de ces jours. Si vous regardez autour de vous, je suis sûr que plein de choses se sont passées un 29 janvier. J’ai connaissance d’au moins 4 personnes nées ce jour-là (et je suis sûr qu’il y en a plus). Pour moi, il y a dorénavant un nouveau sens à cette date. Le 29 janvier 2007, j’ai mis les pieds sur le territoire canadien, et ai obtenu mon permis de travail, par la main d’un sosie mignon de Stéphane Rousseau, commençant ainsi mes aventures au pays des Caribous pour 2 ans (ou plus).

Donc, ça fait un an que je suis arrivé. J’en suis à la moitié du chemin. C’est sûrement un bon moment pour dresser le bilan, pas vrai? Plein de gens, surtout des torontois, me demandent pourquoi j’ai été assez stupide pour troquer Paris la magnifique contre la platte Toronto. Il y a plusieurs raisons.

Parlons affaires. C’est toujours mon premier emploi, et j’aimais beaucoup ce que je faisais. Pour un ingénieur junior, on me donnait des défis à relever, de plus en plus de responsabilités techniques… Mes casquettes dépassaient facilement la portée de ce qu’on demande à un développeur débutant. J’étais heureux qu’on me donne ma chance de prouver ce que je vaux. Mais même si certaines personnes reconnaissaient mon travail et mon dévouement, ma situation officielle n’a pas changé en plus d’un an. J’ai quitté la France avec le titre d’ingénieur développeur junior. Je n’entrerai pas dans les détails, ni ne pointerait du doigt (point trop n’en faut :p), mais toujours est-il que la frustration montait, et j’avais besoin de changer d’air. Se faire racheter par une société géante, avec une entité à Toronto qui a une équipe devant travailler main dans la main avec nous avait effectivement l’air d’être synonyme de changement. Un nouvel environnement de travail, une expérience professionnelle significative dans la partie anglophone de l’Amérique du Nord, c’est aussi un sacré tremplin sur le CV de n’importe quel ingénieur informatique français.

D’un point de vue plus personnel, rien ne me retenait sur Paris. J’avais besoin de changer d’air sur le plan perso aussi. C’était la première fois en sept ans que j’étais resté célibataire plus d’un mois. Je voyais le Canada comme une chance de tourner la page, repartir sur de nouvelles bases, découvrir une nouvelle culture, et voir ce que ça donne…

Ma tâche en arrivant, c’était d’aider l’équipe de Toronto à s’habituer aux technologies utilisées à Paris, et faciliter la communication entre Paris et Toronto. Donc je faisais du développement, de la formation, et je redirigeais mes nouveaux collègues vers la bonne personne à Paris quand ils avaient des questions ou des problèmes que je ne pouvais pas gérer (je n’ai pas la science infuse, ne l’aurai jamais, et n’ai jamais prétendu l’avoir :p…), vu que je connaissais les gens de Paris😉. À un moment, deux personnes des US ont rejoint l’équipe, et ils rédigeaient surtout des documents de conception pour deux de nos applications. Quand l’un deux a dû partir en congé maladie de longue durée (j’espère qu’il va mieux, d’ailleurs…), mon chef a décidé de me donner la responsabilité sur ses documents, vu que je connaissais le produit au départ. Ça signifiait plus de responsabilités, surtout parce que dorénavant, j’aurais à répondre à un éventail de questions plus large😉.

Et début janvier, l’annonce fit grand bruit : mon responsable allait quitter la boîte. Il était l’homologue de mon ancien chef à Paris. Les grands chefs décidèrent de ne pas le remplacer tout de suite, et de fusionner les équipes d’Amérique du Nord et de Paris, sous l’égide de mon ancien chef de Paris. Bien sûr, quand on m’a demandé si j’y voyais un inconvénient, j’ai enfoncé la porte ouverte : “Un responsable sur Paris ne pourra pas gérer efficacement une équipe de 12 avec un décalage horaire de 6 heures. Comment va t-il connaître ses développeurs, comment ils vont?”. Vu que c’était évident, is y avaient déjà pensé😉. Et il fut décidé que les responsabilités de mon responsable partant seraient coupées en 3 : le chef est mon ancien chef de Paris, un collègue senior de Toronto aura le rôle de responsable d’équipe local avec la responsabilité technique d’un de nos produits, et j’aurai la responsabilité technique sur la partie torontoise du produit dont j’ai parlé quand l’autre collègue est tombé malade. Donc mon chef à Paris compterait sur mon collègue et moi pour l’aider à ce que tout tourne rond. Ça me va. Pour être tout à fait franc, si on m’avait proposé plus que des responsabilités techniques, j’aurais sûrement refusé. Je suis à l’aise côté technique, mais je pense que c’est trop tôt pour plus. J’ai que 25 ans, après tout, et suis loin d’être parfait.

J’ai envie de dire que d’un point de vue professionnel, le Canada m’a été très bénéfique. Je pense que dans une société, on ne doit pas avoir à réclamer la reconnaissance, mais pour les gens dévoués et qui travaillent dur, la société devrait le voir et leur proposer des opportunités d’avancement. Une société où il faut réclamer une promotion ou une augmentation ne vaut pas, selon moi, la peine qu’on y travaille. Et je suis content que pour le moment, ça ai l’air de marcher🙂.

Du côté vie sociale, par contre, c’est pas tout à fait la panacée. Pendant les premiers mois, j’ai passé trop de temps à bosser. Parce que je suis venu ici pour un project particulier, avec une charge de travail incroyablement sous-estimée, mais je voulais que ça se fasse, sinon je l’aurais pris comme un échec personnel. J’ai essayé de me forcer à avoir un semblant de vie sociale, principalement en allant à des rencontres entre français au Canada avec un Permis Vacances-Travail. C’était un moyen facile de rencontrer du monde, mais c’est dur de trouver des amis parmis eux, et ils parlent tous français. Je voulais des contacts canadiens. J’ai aussi rencontré du monde par mon blog, comme Nat et Dr. CaSo, mais ça m’a pris quelques mois avant de rencontrer de vrais “autochtones”. Je suis aussi passé de désespérement célibataire à joyeux célibataire en quelques mois… Et tout allait bien jusqu’à ce que je rencontre E.. Je ne me souviens pas du temps qu’il a fait en Août ici, mais dans ma mémoire, c’est grand soleil. L’automne est arrivé au début septembre, quand elle a dû repartir pour la République Tchèque. Comme le disait Lamartine: “Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.”. J’envisage sérieusement à ce que ma prochaine étape soit Prague. Et je regrette maintenant d’avoir signer pour deux ans complets. On verra ce que ça donne. Mais j’ai enfin créé des souvenirs forts et importants ici, donc je vais prendre ça pour un accomplissement personnel aussi.

Quand mon cerveau n’est pas complètement épuisé par le boulot, je passe beaucoup de temps à penser à quoi faire ensuite. À ce jour, je ne sais pas. Je verrai sûrement où me mènent les choses, et déciderai à partir de là. Ce fut une année assez riche en évènements. Il en reste beaucoup à venir, je suppose🙂

9 thoughts on “Happy Anniversary? / Joyeux Anniversaire?

  1. Sounds like a good move for you, it can be difficult to meet people…no question. Especially in the winter when it is so darn cold and dark. Everyone just goes home.

    Good luck in the next year.

    Like

  2. Kikou fifty, et bien dis donc, tu viens de pondre ( passe moi l’expression ^^ ) un sacré bilan de ton année passée à toronto…. Il y a eu du positif et du négatif, comme chaque étape de la vie. J’espère que la suite te réservera plein de bonnes choses, surtout sur le plan personnel/sentimental, parce que finalement, c’est ce qui compte le plus…. Bisous doux😉

    Like

  3. Orenata, every move is good, it just depends on the way you see it😀. It’s more the crazy hours than the cold that prevented me from meeting people, in fact:/

    Thanks🙂

    Like

  4. Salut!

    bon anniversaire à toi aussi alors!!😉

    de mon côté tout va bien, bientôt le mariage le 10 mai!

    j’espère que ça se passe bien pour toi… bosse pas trop quand même🙂

    Like

  5. Gael, tu te maries le 10 mai? Mais c’est une manie, chez les Gael… Je reviens le 10 mai, justement, pour assister au mariage de gaple😀.

    Félicitations en tout cas ^^

    Moi ça va, le boulot, je calme un peu la cadence😉

    Like

Insert nice comment here :) / Par ici les gentils commentaires :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s